• Septembre à novembre

La plupart des poussières de notre système solaire est localisée dans le plan écliptique (plan dans lequel tourne la Terre autour du Soleil), le qualificatif zodiacal ayant trait aux régions du ciel parcourues par le Soleil tout au long de l’année. Résultant de collisons d’astéroïdes ou de particules expulsées par les comètes lors de leur sublimation à l’approche de notre étoile, elles ré-émettent une partie de la lumière du Soleil en infrarouge.
L’image ci-dessous provient du satellite IRAS (Infrared Astronomical Satellite) et montre remarquablement bien deux éléments. En rouge vif, l’émission des poussières contenues dans le plan de notre galaxie, la Voie Lactée. Ensuite, en bleu-pâle d’aspect diffus et formant un "S" allongé à travers l’image, la lumière zodiacale provenant de notre système solaire.

IRAS image

Bien que nos yeux ne soient pas sensibles à l’infrarouge, il demeure néanmoins possible, à partir d’un site éloigné de toute pollution lumineuse, d’observer la partie visible de cette ré-émission. Bien que repérable tout au long de l’année, les équinoxes constituent des moments particulièrement privilégiés. En effet, la lumière zodiacale s’élève alors à plusieurs dizaines de degrés au-dessus de l’horizon, favorisant ainsi sa visibilité.
Le cliché ci-dessous, obtenu depuis Cerro Paranal, au Chili, reflète bien le spectacle que l’on peut attendre depuis un site aussi exceptionnel que celui sur lequel a été construit le VLT !

Rendez-vous donc tout au long de ces prochaines semaines à l’aube, en deuxième partie de nuit, jusqu’à 1h30 avant le lever du Soleil.

Lumière zodiacale, Y.Beletsky (ESO)
Lumière zodiacale, Yuri Beletsky.


 

  • Nuit du 7-8 octobre : d’éventuelles Draconides ?

En seconde partie de nuit, levez les yeux vers la tête du Dragon (cf. carte du ciel en haut de page). La Lune tout juste couchée révèlera peut-être quelques Draconides, un essaim d’étoiles filantes qui a souvent mis à mal les pronostiques des spécialistes !

 


  • Nuits des 20 et 21 octobre : bon espoir concernant les Orionides !

L’essaim des Orionides pourrait réserver de belles surprises cette année. Leur taux d’activité n’a cessé de croître depuis 2005 et un maximum est attendu pour 2008, avec plusieurs dizaines de météores par heure (80 à 90 par heure au zénith depuis un excellent site et sans lune). L’idéal est d’observer le coeur d’Orion dès 23h UT (1h du matin en heure légale), malgré la présence de la Lune

 

 

Bonnes observations !

Retour vers le ciel du mois